• TTB1 - Cestas : 5-9 : L'union des braves

    En ce début de mois de Février TTB1 reçoit d'emblée l'ogre de la poule, tandis que l'équipe 2 devait absolument remporter son derby face aux renards de Bernadets ... Procédant à un choix stratégique qui s' avérera par la suite contesté, l'équipe "standard" s'en retrouve amoindr...que dis-je ?? Renforcée !! par la présence DU président, pas le vrai mais ni le faux, l'ANCIEN, l'emblématique, le roi des roi, sage parmi les sages, Lucky.

    Cestas est alors composé de : 1945/1906/1858/1706. (du menu frétin en somme.)

    Biron : 1740/1520/1490/1100(j'arrondis pour prési)

    1er round : 1-1!

    La bataille commence, et premier constat : Perfman se fait cisailler 3-0 par le 18 sans réelle contestation. Ca donne le ton, mais à sa décharge, l'ère de jeu fut aménagée en sa totale défaveur réduisant de 75% l' espace vital nécessaire à l'amplitude de son top revers. Pendant ce temps Fred enchaîne peu ou prou 37 tops coups droit par point en moyenne pendant 5 sets. Son acharnement paye enfin au meilleur des moments puisqu'il inflige un 7-1 au mur adverse dans le money time (confère le coup du cobra article précédant).

    2ème round : 1-3

    Les présidents entrent enfin en lice et vont dès lors se livrer à un combat souterrain empreint d'une rivalité ancestrale : pour devenir enfin président au yeux de tous, Pierre devra faire mieux que le grand père du village, sinon, c'est la castration (c.f le complexe d'oedipe). Ne comptant pas se laisser biaiser par le jeune freluquet de pompogne, Luc sort l'artillerie lourde face au 17. Utilisant une vieille technique hindoue connue de lui seul, il parvient à hypnotiser son adversaire, contraint à la débauche de l'esprit, lui laissant ainsi 2 sets. Cependant le 17 s'habitue à la danse kaléidoscopique de Luc, ayant lui même déjà subi ce genre de technique face à un confrère jamaïcain. Luc est battu à la belle, mais avec les honneurs. Le président actuel ne sera pas à la hauteur de l'évènement perdant 3-1 le 19, dans l'indifférence la plus totale. Luc s'en réjouit, c'est lui le plus fort.

    3ème round : 2-4

    Perfman doit se ressaisir face à un adversaire ô combien dangereux. Le mur de Berlin n'est pas des plus facile à franchir, mais dégainant ses revers tel des missiles sur un bloc de béton rigide à l'extérieur mais tendre à l'intérieur(??), Rémi déchaîne les passions et libère la foule bironnaise du totalitarisme Cestois. Fred quant à lui est à son tour labouré par le 18. Décidément ...

    4ème round : 3-5

    6.40 n'a pas le choix : infliger 2 sets minimum au 17, sinon le déshonneur. Il s'y emploie d'ailleurs avec tant de rage et d'ardeur qu'il arrache la victoire 3-1, allant chercher les balles à 10 centimètres du sol ... Luc n'est pas en reste, arrachant 1 set au rasta, ces cheveux semblables aux serpents de médusa auront eu raison de Prési.

    Les doubles : Fred-Rémi : victoire 3-1 face au 17-18. Serein. Le double présidentiel est défait 1-3 face à des Cestois euphoriques, pensant s'être encore un peu plus  éloigné du traquenard bironnais.

    Ultime round : 5-9.

    Fred y croit encore, il le sait, tout est possible, même vaincre cet adversaire si serein et qui ne craint pas la mort. N°1 emploie alors une stratégie ultra offensive destinée à détruire son adversaire le plus vite possible, et, cette fois ci, pas de coup du cobra ! Le 19 est annihilé 3-1, n'ayant compris que beaucoup trop tard qu'il ne savait pas à qui il avait affaire... Pierre est lui aussi en confiance : il a vaincu le 17 et joue contre ce qui semble le point faible cestois. Pourtant 6.40 est détaché 3-0. Son adversaire plein de maîtrise ne lui laisse pas le temps de s'adapter. Luc subit une sacrée purge, mais bon il s'agissait encore du 18. Perfman joue pour le goal average en fin de rencontre face au 17. Il mène 2-1, sentant que son adversaire est à sa portée, mais craque finalement, par pêché de concentration et d'engagement.

    Conclusion : ce fut un très beau match.

     Dans le détail...

    Fred : notre idole a décidé de faire 2 points et demi chaque jour de compet'. Soit. Mais quand on prend 3-0 face au 18 sans rien à redire, même si les sets furent serrés au niveau du score, alors il faut s'attaquer aux 19. Le premier est expédié d'entrée à la belle et nous met sur les bons rails. La victoire est logique pour celui qui a le plus attaqué à mi-distance. Rien à dire. Et pour finir face au 19 rasta, on remet le couvert et on attaque les services un peu longs de l'adversaire qui en profitera pour caresser notre douce table Cornilleau. Bilan excellent pour notre meilleur joueur qui joue sans doute actuellement le meilleur niveau de sa carrière.

    Pierre : auteur d'un match honorable pour commencer face au 19 rasta. Il commence comme d'hab à 2 sets à 0 et revient un peu au score grâce à son coup droit mitraillette - les droits d'auteur ont été déposés. Mais cela ne suffit pas, défaite en 4 sets. Le scénario est inversé face au 17 dans une rencontre serrée conclue au quatrième aux avantages. Dernier match sans pression mais jouable face au 19 nonchalant avec une possible perf au bout. Mais la rencontre est une parodie de ping, et pour une fois, ce n'est pas la faute du jardinier. Niveau pitoyable des deux côtés, 3-0 pour le joueur le plus régulier. Pierre se reprend de la journée à Mérignac et affiche par moments un très bon niveau, mais il manque de régularité et connaît des passages à vide au milieu des sets.

    Rémi : le jeune qui monte a gagné sa place au terme d'un duel fratricide en qualification. Et oui, comme lors des JO, il faut mériter son accès à la finale ! Et il entame direct par le 18 monstrueux qui le poutre logiquement. Mais pas de quoi désespérer notre caniche préféré qui s'attaque ensuite au 19 nonchalant. Et là, il se permet l'audace de le battre en 4 sets ! Autant dire qu'il prend 3 classements et un kinder bueno sur le coup. Les supporteurs le portent à bout de bras, le futur number one annoncé par l'Equipe en juin 2010 suite à sa victoire au tournoi des petits as de Tarbes est enfin en train de passer un cap. Tremble Fred, tu n'es plus qu'une future ancienne idole, comme le furent Titi ou Cap'tain, voire Mathieu avant toi !!! Bon, autant dire que le double que Tic et Still Number One forment à eux deux est une association redoutable mais aussi une sorte de passation de pouvoir. En effet c'est Rèmè qui, par ses services, remises et autres attaques permet au double de s'imposer. Reste à finir le travail face au 17. Il domine, rien à dire, mène 2-1. Qu'est-ce qu'un 17 pour notre future star ... ou tsar ? Et bien, notre jeune est encore jeune et il commet une faute de quart dans la poudreuse et laisse la victoire s'envoler. Bilan excellent pour le petiot de l'équipe qui inquiète ses adversaires et affiche un niveau de jeu élevé. A revoir.

    Luc : l'invité surprise dans cette équipe s'est sublimé et a fait lever les foules. Entamant par un match face à un 17, autant dire qu'il n'est même pas favori pour gagner 5 points dans un set. Et là, il surprend, il séduit. Il parvient à pousser l'adversaire à la belle, la sensation est proche. Dehors, un arc en ciel apparaît. Le temps suspend son vol... Bon, défaite, mais quel match de notre Prési d'honneur ! Et on enchaîne, un 19 ? rasta en plus ? a pas peur, et vas-y que je gagne mon petit set et que je fais douter un gars qui n'a que 900 points de plus que moi. Double ? pareil, on gagne un set avec Nouveau Prési. Encore un 18 ? Le meilleur joueur ? Pas grave, à défaut de prendre un set, il fait lever la foule après quelques points fabuleux de notre picoteux. Un niveau de jeu esseptionnel pour Luc qui a accroché tous ses adversaires et réalisé des prestations remarquables à coups de picots coupeys, de blocs et autres claques à plat.

     En guise de conclusion,il convient de se demander si l'épreuve de ping à Biron ne pouvait pas devenir une compétition homologuée pour les JO d'hiver. Quand on voit qu'il fait 17 degrés en Russie et que les filles bronzent en maillot... A quand Nelson Monfort pour commenter le ping ?

    ... Non une imitation de Michel ne compte pas !

     

    TTB1 - Cestas : 5-9 : L'union des braves


  • Commentaires

    1
    Mardi 18 Février 2014 à 15:11

    et deux articles sur le même match en dix minutes, c'est pas beau ça!

    2
    Mardi 18 Février 2014 à 15:16

    du coup, j'ai mis le mien à la suite du tien. Reste à vérifier la véracité de mes informations

    3
    Mardi 18 Février 2014 à 19:30

    2 résumés en 1 !!! J'ai eu le sourire aux lèvres en lisant vos conneries les gars  . A renouveller !

    Je tiens à rectifier : selon les cestois cestadais, Pierre a non pas un coup droit mitraillette (ni les yeux revolver) mais bel et bien un "coup droit carabine" (à plomb bien sûr).

    Pour les fainéants, j'ai ajouté la feuille de rencontre.

    Ou qu'il est le CR de la 2 ???

    4
    mitch 40
    Mardi 18 Février 2014 à 22:03

    bravo pour les doubles:)2sur2....

    pour le reste....:(next)...

    5
    Mardi 18 Février 2014 à 22:46

    Bien les gars! çà perfe un max à Biron!!!

    6
    Mercredi 19 Février 2014 à 01:05

    ha ben là le public connaît le match de long en large au moins ... !

    7
    Mercredi 19 Février 2014 à 15:26

    Bravo les Gars malgré la défaite. Et mention spécial à N°1 qui à l'air au taquet !!!!!!!!!

    8
    Vendredi 21 Février 2014 à 08:44

    Vu le niveau de jeu affiché en R1, LUC va faire trembler tous les joueurs de D2 !


    Si les filles d'Hendaye lisent l'article, elles lui feront signer leur raquette la prochaine fois.


    Bravo pour l'article mais il manque toujours celui de la R3 !

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter